18. LE SALUT EN CHRIST ET LA QUESTION DE LA SÉCURITÉ ÉTERNELLE DU CROYANT [Chapitre 18].

 

Chapitre 18,  Suite du Chapitre 17

 

“Paroles enseignées par l’Esprit” (1Cor.2:13)

Un ministère par courriel pour la Gloire de Dieu.

Une série d’études bibliques sur

LE SALUT EN CHRIST

ET

LA QUESTION DE LA SÉCURITÉ ÉTERNELLE DES CROYANTS

PARTIE C’ : Quel croyant ne risque pas de perdre son salut… (#3)

ΜΠΑΛΤΑΤΖΗΣ-Σειρά Βιβλικών μελετών (18).

Nous examinerons ce point sur la base de deux extraits légèrement modifiés, de la « Parabole du Semeur » que j’ai développée dans mon message #054, en particulier, en ce qui concerne le troisième groupe, en premier lieu, et puis le deuxième groupe dans le chapitre suivant :

 

A.  TROISIÈME GROUPE

  • Luc 8:14 : « Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité. »
  • Marc 4:18-19 : « D’autres reçoivent la semence parmi les épines; ce sont ceux qui entendent la parole, mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse. »

La difficulté de base avec cette parabole est : que va-t-il arriver au troisième groupe ? Seront-ils sauvés ? Sont-ils sauvés mais perdent leur fruit ? Périssent-ils parce qu’ils ne produisent pas de fruit ?

Leurs caractéristiques sont :

1)  Leur « sol » est bon et fertile. La graine pousse normalement. Il y a, cependant, quelques mauvaises herbes qui poussent ensemble. On espère que les plantes de blé ne les laisseront pas se développer et qu’elles les étoufferont. Malheureusement, les mauvaises herbes s’avèrent plus fortes et étouffent la bonne graine, soit en « volant » les éléments nutritifs du sol et son humidité soit en se roulant tout autour des plantes de blé et les « étouffent ».

2)  Leur effort d’adorer Dieu et Mammon. Ils essayent de combiner la lumière avec l’obscurité. Ils craignent Dieu mais ils adorent leurs idoles qui sont leurs biens, leur travail et les membres de leur famille : « Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur »(Mat.6:21). Cela signifie qu’ils n’ont jamais vraiment donné leur cœur à Dieu !

3)  Les soucis du siècle. Les soucis du siècle les dévorent comme une gangrène. Ils pèchent contre Dieu, car les soucis du siècle sont un péché sous forme d’idolâtrie et de manque de confiance en Dieu tout autant qu’une activité mentale inutile et une folie (Marc 7:22).

4)  La séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises (Marc 4:19) font tomber dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition (1Tim.6:9). Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments (1Tim.6:10). Quand ils deviennent riches ou n’ont plus d’argent, ils mettent Dieu de côté (De.8:13). En conclusion, ils deviennent stériles et « nus », et sont empêchés d’entrer dans le royaume de Dieu. Le résultat de toutes ces choses est que la parole de Dieu est obstruée. Si ce qui donne la vie est obstrué, alors, la vie où est-elle ? De telles personnes, commencent mais ne finissent jamais…

Comme je préparais ce message, je me suis rappelé d’un sermon donné, il y a plusieurs années, par un théologien américain, professeur d’université et responsable de l’une des plus grandes écoles bibliques en Europe, qui, parlant de la même parabole a dit que ces plantes, c’est-à-dire, les gens qui n’apportent pas de fruit ne sont pas condamnés à périr mais subissent simplement des dommages ! J’ai été troublé par cette interprétation. L’interprétation était encourageante mais était-elle correcte ? Était-elle compatible avec les autres paroles du Seigneur Jésus et l’esprit de la Bible ? Ce sermon fut l’étincelle qui a embrasé mon esprit et m’a poussé à commencer à rechercher tout ce qui avait affaire avec cette interprétation…

Un autre prédicateur a dit que le chrétien né de nouveau, doit devenir « disciple » de Christ. J’ai utilisé toute ma bonne volonté pour examiner cette question mais la conclusion était tout à fait l’opposé. Permettez-moi de vous expliquer : en effet, pour les deux premières catégories (groupes) il n’y a aucune question au sujet de leur perdition. Pour la quatrième catégorie d’hommes il n’y a aucun doute au sujet de leur salut, mais que dire des personnes du troisième groupe qui peuvent être identifiées avec ceux qui ont reçu la semence parmi les épines (dans Mt.13:22) ? Ils entendent la parole, mais les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse…

Voici quelques passages clés :

  • « Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu » (Mt.7:19 ; Mt.3:10 et Luc.3:9). En outre, « Tout sarment qui est en Moi et qui ne porte pas de fruit, le vigneron le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit » (Jean 15:2).
  • « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi » (Mat.10:37-38).
  • « Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple » (Luc 14:26-27).
  • « car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Rom.8:14).
  • « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » (Gal.5:24). Et bien d’autres paroles similaires…

Que va-il se passer finalement pour eux ? Pouvons-nous les appeler des chrétiens vraiment nés de nouveau s’ils ne sont pas encore devenus « disciples » de Jésus, dignes de Christ, s’ils n’ont pas accompli les conditions que Jésus-Christ Lui-même a établies ?

En outre : Quelle est la vraie signification des versets de la Bible : « Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu » (1Cor.3:14-15) ? Rendons clair, dès le début, une chose : Il est important de souligner que ce passage s’adresse à des de vrais chrétiens et  à leurs activités ministérielles. Il ne se réfère pas  au caractère spirituel, au fruit de l’ouvrier, qui est le fruit du Saint Esprit, manifesté par ses vertus chrétiennes, par la sainteté de son caractère ! En effet, ce verset ne peut pas signifier QUE SI L’HOMME PÈCHE, SES PÉCHÉS SERONT BRÛLÉS (c.-à-d. pardonnés) MAIS QUE LUI SERA SAUVÉ MAIS COMME A TRAVERS DU FEU! Si un chrétien et à beaucoup plus forte raison un ouvrier chrétien (prêtre, pasteur, missionnaire) mène une vie qui n’est pas digne de sa haute vocation chrétienne, digne de l’Evangile et qu’il commet des péchés, ses péchés ne peuvent pas être brûlés – à savoir pardonnés – sauf s’il les confesse et les rejette sincèrement.

Si un chrétien dit des mensonges (Eph.4:25; Apo.21:8) et fait des compromis douteux ; s’il fait des promesses en privé ou publiquement et ne les tiennent pas ; s’il agit comme un diplomate plutôt que comme un chrétien ; s’il trouve ou invente toujours des manières de se justifier ; s’il pense une chose, dit une autre chose et fait une autre chose ; s’il n’est pas un homme de principes et de valeurs mais s’il est un homme d’opportunités ; s’il bat avec sa langue ses prochains (Mt.24:49) et a la tendance de calomnier ; s’il ne résiste pas jusqu’au sang, en luttant contre le péché (Héb.12:4) ; s’il poursuit un gain sordide, s’il évite de payer ses impôts et domine sur ceux qui lui sont échus en partage (1Pie.5:2-3) ; s’il prêche Christ par envie et par esprit de dispute et non pas dans la pureté (Php.1:15-16) ; si sa foi et son amour ne sont pas « sans hypocrisie » (Rom.12:9 et 2Tim.1:5) ; s’il est un mauvais ouvrier… ennemi de la croix de Christ dont sa fin sera la perdition, car il a pour dieu son ventre et sa gloire dans ce qui fait sa honte et qui ne pense qu’aux choses de la terre (Phil.3:2, 18-19) ; s’il est un homme qui ne sert point Christ notre Seigneur, mais son propre ventre et, qui par des paroles douces et flatteuses, il séduit les cœurs des simples (Rom.16:18) ; s’il falsifie la parole de Dieu, comme font plusieurs (!) (2Cor.2:17) ; ​s’il a la tendance de calomnier et de juger ; est-ce que ses péchés seront brûlés s’il ne se repent pas sincèrement? Certainement pas !

Christ « … le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites: c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents » (Mat.24:51). Au contraire, si cet homme admet ses péchés sincèrement et les rejette, alors il est EN ORDRE ! La repentance sincère et le rejet de tout mal connu constituent une des plus importantes formes de fruit ! Mais que va-t-il se passer si cette personne est possédée d’un esprit impénitent ? Arrêtons et pensons ! Rappelez-vous ce que l’apôtre Paul a dit aux Corinthiens : « Car je crains de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais, et d’être moi-même trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animosités, des cabales, des médisances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles. Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer (faire le deuil – Gr) sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés » (2Cor.12:20-21). Pour qui pleurez-vous (ou faites-vous le deuil) ? Pour les vivants ou pour les morts ?

Au contraire, « Quel est l’homme qui craint l’Eternel? L’Eternel lui montre la voie qu’il doit choisir. Son âme reposera dans le bonheur, et sa postérité possédera le pays. L’amitié (le secret – Gr) de l’Eternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instruction » (Ps.25:12-14). La parole de Dieu indique d’une manière irrévocable : « … tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu » (Mat.3:10). Le croyant qui ne produit pas de fruit, peut être comparé au figuier auquel le Christ vient pour trouver du fruit et IL n’en trouve pas, IL la fait sécher (Luc 13:6) ; il peut également être comparé à cet homme tiède que le Christ vomira de sa bouche… (Apo.3 :16). S’il produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu (Héb.6:8), à moins qu’il ne se produise une repentance à temps.

 

B.  Nos péchés ne sont pas brûlés! Ils sont pardonnés sous certaines conditions

Nos péchés sont pardonnés si nous les admettons sincèrement, nous nous repentons et nous les rejetons. Ce qui est brûlé ce sont les activités inutiles du croyant ! Des activités sans vraie valeur spirituelle seront perdues ! Si ces croyances sont d’une importance minime et ne sont pas scripturaires : J’ai connu des croyants qui croyaient que les personnes mariées ne doivent pas porter leur bague de mariage car il s’agit d’un péché ! Il y a pourtant d’autres erreurs beaucoup plus grave, comme par exemple que Dieu exauce nos prières par l’intermédiaire de saints décédés or par Marie la Mère de Jésus, tandis qu’il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Jésus-Christ (1Tim.2:5). L’idée est, donc, d’un homme qui a vécu dans les erreurs ou dépensé son temps et sa force à des buts médiocres et inutiles ! Certains responsables d’églises se tuent à construire de beaux et luxueux édifices, ou bien à écrire de très beaux livres mais qui ont un caractère orgueilleux, plein ‘d’épines et de chardons’ ! Comment vont-ils être jugés ? Sur la base des édifices qu’ils ont construits et/ou des beaux livres qu’ils ont écrits, ou sur la base des vertus chrétiennes qui leur manquent ?

Le caractère et la foi de l’homme seront examinés. Ce qui est bon sera approuvé ; et ce qui est faux et incorrect sera soit enlevé ou détruit. Celui qui est fidèle, sincère et correct en ce qui concerne son credo, ses œuvres et ses activités sera récompensé. C’est la raison pour laquelle l’apôtre Jean dit : « Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense » (2Jean 1:8). Et ailleurs, il est écrit : « C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles » (Héb.2:1).

Permettez-moi de mentionner également un exemple qui n’a rien à voir avec le ministère spirituel (mais bien avec la perte de nos efforts), et qui constitue un bon exemple, qui peut nous aider à comprendre le passage en question : « On n’avait pas mangé depuis longtemps. Alors Paul, se tenant au milieu d’eux, leur dit: O hommes, il fallait m’écouter et ne pas partir de Crète, afin d’éviter ce péril et ce dommage » (Ac.27:21). Vous voyez, le centurion a été influencé davantage par le pilote et le propriétaire du bateau qu’à ce que Paul leur disait. Tout a été perdu, le bateau et sa cargaison, mais leurs vies ont été sauvées ! Combien de fois prêtons-nous attention aux opinions des gens, comme par exemple à celles d’ouvriers de l’évangile, des docteurs, membres de nos familles et à d’autres personnes qui nous aiment, à nos sentiments intenses et à nos mentalités activistes, aux pressions, ou aux occasions, etc., et ne comptons pas sur les principes et les promesses de Dieu ?

 

C.  Conclusion

Une chère personne, qui lit mes articles régulièrement, m’a fait le commentaire suivant: «Vous venez encore et encore au même point : Donner votre cœur à Dieu; sinon, vous ne pouvez pas être vraiment sauvé. Qui peut être sûr qu’il a donné son cœur complètement à Dieu ? Allons-nous être sauvés par nos œuvres?”

Donner votre cœur à Dieu n’est pas égal au salut par les œuvres ! Dieu ne dit pas : si vous  êtes parfaits, alors vous serez sauvés ! Il affirme, au contraire : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Eph.2:8-9). La grâce de Dieu, sauvera-t-il  quelqu’un, qui ne s’est pas repenti, qui n’a pas mis sa foi en Dieu et qui n’a pas confié sa vie en Lui? La repentance et la foi ne sont pas des « œuvres »! Elles sont une position de notre cœur, de notre volonté! S’il n’en était pas ainsi, alors pourquoi aurait-on écrit, par exemple, les vérités qui suivent?

  • « Mon fils, donne-moi ton cœur (pas seulement ton cerveau), et que tes yeux se plaisent dans mes voies » (Prov.23:26).
  • « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur (le Seigneur de ta vie) Jésus (comme le Sauveur et le Messie), et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (Rom.10:9).
  • « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force » (Marc 12:30 ; Deut.10:12; Luc 10:27 etc.).

Si notre cœur Lui est véritablement donné, toute notre conduite deviendra de plus en plus meilleure ! Nous allons progresser à la perfection ! La marche progressive vers la perfection est impossible sans l’aide de Dieu. Le Dieu qui nous appelle à cette sanctification progressive et pratique va le faire comme IL l’a déjà promis: « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera » (1Thess.5:23-24).

Les gens qui ont vécu une vie extrêmement pécheresse, lorsqu’ils sont convertis à Christ, ils sont pleins de joie et de gratitude envers leur Sauveur ! Ils pensent que c’est tout! Comme le temps passe, ils deviennent conscients qu’ils sont faibles et ont désespérément besoin de la puissance de Dieu, afin de répondre aux exigences du Christ pour vivre une vie sainte. C’est Dieu qui exige que ceux qui veulent plaire à leur Sauveur, doivent L’accepter aussi comme le Seigneur de leur vie ! Ils comprennent ainsi qu’ils doivent donner leur cœur (leur volonté) à Lui, prendre leur croix et Le suivre! Ils comprennent aussi qu’ils sont appelés […] par les compassions de Dieu, à offrir leurs corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de leur part un culte raisonnable. Ne pas se conformer pas au siècle présent, mais qu’ils soient transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin qu’ils discernent quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait  (Rom.12:1-2). Certaines personnes prennent ces étapes l’une après l’autre, et d’autres prennent ces deux étapes ensemble au moment de leur conversion ! Dieu leur donne un témoignage personnel qu’ils appartiennent totalement à Lui (Rom.8:16).  Lorsque ces étapes sont prises, Dieu leur donne de la puissance spirituelle, du discernement spirituel et continue à les remplir de son Esprit Saint ! Si ce que je viens de mentionner n’étaient pas possible, Dieu serait déraisonnable ! IL  ne demanderait jamais une telle position de cœur, une telle décision de la part de l’homme si elle était au-delà des possibilités de l’homme ! Dans toute la Bible cette exigence est mentionnée à plusieurs reprises.

Permettez-moi de conclure ce chapitre avec le commentaire suivant:

Tous ceux qui croient en Jésus-Christ n’ont pas tous donné tout leur cœur (toute leur volonté) à Lui ; ils ne vivent pas pour LUI, ils ne L’ont pas fait LE SEIGNEUR de leur vie ! En d’autres termes, on peut être complètement convaincu que Jésus est le Christ, le fils du Dieu vivant et le Sauveur du monde et ne pas vouloir Lui confier sa vie…

Croire sincèrement à l’œuvre du Christ pour toi, ceci ne signifie pas que tu es  sincère dans ta vie. Croire en Christ ne signifie pas qu’on est fidèle dans le sens de la fidélité… Tu peux être absolument sûr que Jésus-Christ a fait tout pour toi mais toi tu ne gardes pas les conditions que Christ exige de toi . Ce qui compte est : Croire en Lui sincèrement, te repentir sincèrement et aimer le Seigneur, ton Dieu, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force (Marc 12:30) !

Clôturant ce chapitre, ma question est la suivante: est-il jamais possible de voir un vrai caractère spirituel, selon Dieu, et de vraies activités spirituelles/ecclésiastiques sans un cœur sincèrement donné à Dieu tandis que « les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse » ?

Que le Seigneur nous aide à ne pas tomber dans un tel piège…

 

Jean BALTATZIS

baltatzis@skynet.be

A suivre…


Αφήστε μια απάντηση