La fidélité (1Cor.4:2)

« Paroles enseignées par l’Esprit » (1Cor.2:13)

Un ministère par courriel pour la Gloire de Dieu. 

« Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle. » (1Cor.4:2) 

LA FIDÉLITÉ

Une expérience révélatrice :

Quand je faisais mon service militaire, peu de temps après la Seconde Guerre Mondiale, j’étais officier et j’avais sous mes ordres un certain nombre de soldats. J’ai été assigné à un post hautement important et crucial. Au sein de ce groupe des soldats, il y avait toute une gamme de personnalités extrêmement intelligentes, éduquées et capables, ainsi que des soldats avec peu de capacités mentales et physiques. J’avais besoin de bons collaborateurs ! C’était tout à fait normal pour moi de choisir parmi eux les soldats les plus intelligents et les plus compétents pour m’aider à mener à bien mes devoirs. La déception n’a pas tardé à venir… Ils n’obéissaient pas à mes ordres comme ils devaient le faire. Ils tentaient, bien au contraire, de ne pas accomplir leurs devoirs. Et même s’ils obéissaient, ils murmuraient et exécutaient mes ordres à leur manière et ils ne faisaient pas exactement ce que j’attendais d’eux. La répétition de mes instructions et, dans certains cas, mes menaces n’ont pas abouti à une véritable amélioration. Désespéré, j’ai dû faire appel à l’aide d’un soldat qui avait vraiment l’air d’un homme imbécile ! Je n’exagère pas ! J’ai passé des heures en lui expliquant ce qu’il devait faire… La satisfaction n’a pas tardé à arriver… Mon âme a trouvé du repos, non seulement parce qu’il était obéissant et discipliné mais parce qu’il faisait son devoir avec empressement et plaisir ! Ce soldat est devenu, peu de temps plus tard, « ma main droite ». Il faisait ce que je lui demandais et il réalisait tout ce qu’il me promettait…

Moi, en tant que jeune homme mais aussi en tant que jeune chrétien, j’ai appris une leçon inoubliable ! J’ai compris la « mentalité » de Jésus-Christ concernant l’obéissance et la discipline absolues qu’Il exigeait de la part de Ses apôtres et de tous ceux qui voulaient Le suivre ! En un mot, la fidélité ! Depuis lors, ce mot m’est devenu très cher ! Plus tard, l’Esprit de Dieu a consolidé cette leçon en moi par les versets suivants : « J’aurai les yeux sur les fidèles du pays, pour qu’ils demeurent auprès de moi ; celui qui marche dans une voie intègre sera mon serviteur. Celui qui se livre à la fraude n’habitera pas dans ma maison; celui qui dit des mensonges ne subsistera pas en ma présence. » (Ps.101:6-7). 

L’obéissance vaut mieux que les sacrifices :

L’ingrédient principal de la fidélité dans le contexte chrétien est l’obéissance volontaire et dans la crainte de Dieu : « Je veux faire ta volonté, mon Dieu ! Et ta loi est au fond de mon cœur. » (Ps.40:8). La Bible dit aussi : « …Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et l’iniquité. Puisque tu as rejeté la parole de l’Eternel, il te rejette aussi comme roi. » (1Sam.15:22-23). Paul parlant de Tite, il dit aux Corinthiens qu’il avait éprouvé pour eux un redoublement d’affection, au souvenir de leur obéissance à tous et de l’accueil qu’ils lui avaient fait avec crainte et tremblement et qu’il se réjouissait de pouvoir en toutes choses se confier en eux (2Cor.7:15-16).

Le premier et le meilleur exemple de fidélité nous a été donné par Jésus-Christ qui « …fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple » (Héb.2:17). Le Dieu fidèle a établi Moïse qui était fidèle dans toute sa maison (Héb.3:2). Un fidèle établit un autre fidèle Dieu établit des serviteurs fidèles et prudents… Malheureusement, les hommes établissent souvent des gens qui ne sont ni fidèles ni prudents… (Mt.24:45). Dieu, néanmoins, entre dans le cœur et dans la maison de ceux qui sont fidèles… (Ac.16:15). La fidélité de Dieu constitue une importante garantie : nous ne serons pas tentés au-delà de nos forces… (1Cor.10:13), notre protection et notre renforcement spirituel sont assurés (2Thes.3:3) et Dieu accomplira Ses promesses dans notre vie…

Mon intention n’est pas de me référer à la fidélité de Jésus-Christ qui est bien connue et établie, ni même à la fidélité de Dieu le Père qui garde Sa parole et qui est « miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité » (Ex.34:6). J’aimerais pourtant mentionner certaines caractéristiques ou attributs de Dieu pour pouvoir comprendre mieux la suite de ce message : la parole de l’Éternel est droite et toutes Ses œuvres s’accomplissent avec fidélité (Ps.33:4). Sa bonté et Sa fidélité gardent, guident et veillent toujours sur Ses enfants, envers ceux qui L’aiment et qui observent Ses commandements (De.7:9). Quand Dieu trouve quelqu’un qui est fidèle, Il fait une alliance avec lui concernant Ses promesses tant pour lui que pour sa postérité… Oui, les bénédictions de Dieu sont sur ceux qui gardent Son alliance et accomplissent ses commandements… (Néh.9:8 ; Ps.103:18; Ezé.17:14). La bonté et la fidélité de Dieu vont ensemble (Ps.85:10; Ps.89:14). La bonté et fidélité… élèvent le nom de Ses serviteurs… (Ps.89:24). Sa fidélité dure de génération en génération (Ps.100:5). La gloire de Dieu est due à Sa bonté et à Sa fidélité… (Ps.115:1). Par fidélité Il nous humilie, Il nous blesse et Il nous châtie (Ps.119:75; Pr.27:6). La fidélité de Dieu et Ses compassions se renouvellent chaque matin à cause de Ses bontés (Lam.3:23). Il a juré Sa fidélité (Ezé.16:8 et Mic.7:20). Notre incrédulité ne peut pas anéantir la fidélité de Dieu ! (Rom.3:3). Si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même (2Tim.2:13). Quelle consolation et quel encouragement !

Conclusion : Dieu garde Sa parole, Sa bonté, Ses promesses et Ses « conventions ».  Qu’en est-il en ce qui nous concerne ? Quel est l’état spirituel de ceux à qui manquent de fidélité ?

Le but de Dieu en ce qui concerne Ses enfants :

Le but de Dieu en ce qui concerne Ses enfants est leur sanctification, à savoir la formation en eux d’un caractère qui ressemble à celui de Jésus par le renouvellement continuel de leur être intérieur. Pendant la période de leur renouvellement continuel, Dieu leur demande d’œuvrer ensemble ou séparément pour proclamer l’évangile de Sa grâce et partager avec leurs voisins et leurs proches le salut que Dieu a opéré dans leur vie. Pour ce faire, il faut de la « fidélité » qui n’est que loyauté, stabilité et assurance. C’est la clé caractéristique de celui qui est digne de confiance. C’est une vertu de Dieu lui-même qui doit être reflétée dans la vie de Son peuple. La fidélité est une des composantes du fruit de l’Esprit… (Gal.5:22). La fidélité fait partie du fruit de l’Esprit Saint mais elle est en même temps le produit de la collaboration de l’homme avec Dieu : « La bonté et la fidélité se rencontrent, la justice et la paix s’embrassent ; la fidélité germe de la terre, et la justice regarde du haut des cieux. L’Eternel aussi accordera le bonheur, et notre terre donnera ses fruits. » (Ps.85:10-12). Oui, la fidélité germe de la terre (de la part de l’homme), quand l’homme est assoiffé d’être enseigné les voies de l’Eternel et quand Il lui demande de disposer son cœur à la crainte de Son nom ! Alors, Dieu l’aide à marcher dans la justice, dans la fidélité et le bonheur (Ps.86:11) et, en un mot, dans le salut (85:9). Dieu reste fidèle, inaltérable, indépendamment de ce qui se passe en nous et de notre comportement. Son amour est inconditionnel et Sa fidélité immuable malgré nos infidélités !

  • « Car je suis l’Eternel, je ne change pas; et vous, enfants de Jacob, vous n’avez pas été consumés. » (Mal.3:6) et
  • « si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. » (2Tim.2:13)

L’importance de la fidélité :

La fidélité est un sujet de grande importance. La récompense pour l’observance de ce commandement est grande. Dieu a promis qu’Il fera voir son salut à tous ceux qui veillent diligemment sur leur voie pour y mettre de l’ordre (Ps.50:23). Il les fera voir non pas seulement le contenu de Son salut mais Il les sauvera parfaitement. Dieu donne la même promesse à l’homme qui a mis toute son affection en Lui (Ps.91:14-15).

Quand on « analyse » cette grande vertu, on constate qu’elle est étroitement liée ou identique à l’obéissance scrupuleuse dans toutes les choses de grande ou de moindre importance. La fidélité aux petites choses est une grande chose ! Sans consistance, sans suite, il n’y a pas de puissance morale. Il faut toujours se rappeler que ce qui compte n’est pas le nombre des exploits spirituels que nous avons faits, la multitude de témoignages que nous avons donnés, le nombre des sermons que nous avons faits, le nombre des NT que nous avons distribués, le nombre des membres de nos églises auxquels nous prêchons, etc., mais c’est la qualité morale de ceux qui s’appellent ‘enfants de Dieu’. Voila ce qui compte… C’est la qualité des apôtres et des premiers chrétiens qui a bouleversé le monde au point de « subjuguer » l’empire romain !!!

Conclusion : la notion de la fidélité est identique à celle de la diligence avec laquelle quelqu’un fait son devoir, qu’il s’agisse de faire quelque chose, d’accepter ou de subir une situation. L’homme fidèle est celui qui obéit avec diligence aux commandements de Dieu, au travers desquels il purifie ses voies, met en ordre ses affaires, se hâte promptement à se conformer à tout ce qui est juste, vrai et acceptable. En d’autres termes, c’est l’homme qui garde une conscience bonne et pure. C’est l’homme qui agit avec « intégrité du cœur » 

Ce que Dieu nous demande, en général :

Quand Dieu nous demande d’être fidèles en toutes choses, Il attend de nous tout particulièrement :

  • de marcher selon la lumière que nous avons : Cela est bien clair dans Luc 12:47-48: « Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. Mais celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié. » Notre responsabilité devient d’autant plus grande que la lumière et/ou les dons que nous avons sont plus grands. « Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché. », dit l’apôtre Jacques (4:17).

Marchons-nous selon la lumière et les instructions que nous avons reçues ? Repentons-nous pour les péchés que nous avons commis ? Vivons-nous dans une indifférence spirituelle ? Répondons-nous positivement aux « protestations » de notre conscience et/ou du Saint Esprit ?

  • d’être fidèles jusqu’à la mort : « …Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. » (Apo.2:10b). Jésus-Christ a dit : « Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas son père, et sa mère, et sa femme, et ses enfants, et ses frères, et ses sœurs, et même aussi sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne vient pas après moi, ne peut être mon disciple.» (Luc 14:26-27). Le Seigneur Jésus exige la première place dans notre cœur et dans notre vie !!! Il exige une parfaite obéissance !!!
  • de se sanctifier de plus en plus dans notre conduite par l’obéissance à la vérité : « Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez‑vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur » (1Pie.1:22). Aussi, le Psalmiste dit : « Comment le jeune homme rendra‑t‑il pur son sentier? en se dirigeant d’après ta parole. » (119:9). Et « Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. » (2Tim.2:21). Le vase d’honneur c’est l’homme pur dans la vie duquel Dieu a opéré l’œuvre de Son salut, de Sa sanctification et de Son pouvoir.
  • de porter du fruit qui demeure : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure…». (Joh.15:16)

Les caractéristiques de l’homme fidèle :

Pour que nous puissions juger ou plutôt nous discerner, nous allons examiner de plus près les caractéristiques essentielles de l’homme fidèle. Il faut pourtant faire une distinction entre la fidélité envers DIEU et celle envers l’HOMME. Bien sûr, la fidélité envers Dieu conduit inévitablement vers la fidélité envers les hommes. Ces deux choses sont étroitement liées et inséparables.

L’homme fidèle :

  1. Confesse, rejette et abandonne tout péché ou faiblesse et essaie de garder toujours une conscience pure. La Parole nous dit : « Ayant donc de telles promesses, bien‑aimés, purifions‑nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu » (2Cor.7:1) ;
  2. Il ne reste pas indécis ou inconstant : S’il n’a pas de lumière en ce qui concerne la chose qu’il faut faire, il prend soin de faire le nécessaire pour en avoir. Il cherche comme un vrai entrepreneur, avec ingéniosité, pour trouver les moyens et les méthodes pour augmenter son profit. C’est alors qu’il comprendra la crainte de l’Éternel et trouvera la connaissance de Dieu. C’est seulement alors que l’Éternel lui donnera la sagesse (Pr.2:4-8). Il n’attend pas que la lumière lui soit donnée à plusieurs reprises pour agir mais il obéit promptement à la lumière qu’il reçoit. Dès qu’il a eu l’assurance, il obéit sans tarder. L’obéissance reportée équivaut à la désobéissance. Si ton cœur veut faire attention à obéir et à se conformer aux exigences de Dieu, Dieu t’amènera à ce que ton cœur désire. Le prophète Esaïe décrit magnifiquement le cas des personnes qui n’obéissent pas immédiatement à Dieu, il montre comment Dieu est obligé de les faire passer à plusieurs reprises par les mêmes expériences pénibles jusqu’à ce qu’ils se réveillent…: « Oh! si tu étais attentif à mes commandements! Ton bien-être serait comme un fleuve, et ton bonheur comme les flots de la mer. » (Esa.48:18)
  3. Sa fidélité n’est pas uniquement pour ses propres choses, mais aussi pour les choses d’autrui. En voilà la preuve de la Parole de Dieu : « Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ? Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ? » (Luc 16:10‑12). La fidélité en peu de choses amène les hommes fidèles à beaucoup de choses… Quel principe ! Il peut nous rendre des prophètes… pour l’évolution de quelqu’un ou d’une situation ! Je me rappelle le conseil que mon épouse m’a donné quand j’aidais un Pasteur américain dans une église en Grèce : « Tu dois t’éloigner de cet homme. Il ment pour les affaires de son église ; il donne des faux rapports à ses supérieurs ; il dit que le nombre des personnes présentes dans son église est supérieur au nombre actuel ; s’il n’est pas fidèle dans ces moindres choses, à beaucoup plus forte raison il n’en sera pas en d’autres choses qui ont une plus grande importance pour lui ! Attends, et le contenu de son cœur sera révélé ». Et, il a été, malheureusement, révélé !

L’homme fidèle vit et agit comme Joseph agissait envers la maison de Potiphar… (Gen.39:6). Quand quelqu’un est fidèle, les autres ne peuvent pas exercer de contrôle sur lui car ils ont confiance en lui… (2Rois 1:2, 15; 2Chr.34:1, 12; Néh.13:13; Dan.6:4; Héb.3:5). Matthieu cite cette parole du Seigneur Jésus : « …C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. » (25:21). Quand quelqu’un est fidèle, comme Daniel, on ne peut pas exercer de contrôle sur lui (Daniel 6:4). Notre avenir spirituel dépend de notre fidélité. Dieu va ajouter toutes Ses bénédictions à tous ceux qui gardent de tout cœur et diligemment Ses commandements suivant la lumière qu’ils ont ou qu’ils reçoivent.

Une petite parenthèse : n’oublions pas qu’il est possible de faire ce qui est juste mais sans que ton cœur soit intègre et donné au Seigneur. Tu peux donner ton argent à quelqu’un qui est dans le besoin soit par amour, soit pour être vu par M. Toutlemonde, soit par esprit de vengeance. Le fait que tu es fidèle aux grandes choses ne signifie pas que tu seras fidèle en ce qui concerne les moindres choses. Très souvent, nous essayons d’être ou, plutôt, nous semblons fidèles aux grandes choses parce que nous ne voulons nous exposer ni aux yeux d’autres personnes, ni à nos propres yeux. Pourtant ce sont les petites choses – les nombreuses petites choses – qui révèlent notre caractère et notre personnalité. Ce sont les petites mauvaises choses qui, comme des petits renards, «détruisent les vignobles”, notre personnalité : « Prenez-nous les renards, les petits renards qui ravagent les vignes ; car nos vignes sont en fleur » (So.2:15).

  1. Il fait valoir les dons et les ministères que Dieu lui a confiés : il les utilise, même s’ils sont petits et ne semblent pas avoir une grande importance. Il ne cache pas son don spirituel et/ou son talent dans la terre (Mt.25:25) et il ne les néglige pas (1Tim.4 :14), mais, bien au contraire, il les ranime (2Tim.1:6) et, comme un bon dispensateur de Dieu, il les met au service des autres (1Pet.4:10) pour la gloire de Dieu. Malheureusement, il y a des chrétiens et même des ouvriers de Dieu qui sont « méchants et paresseux » ou qui ont un ‘esprit de crainte’… de ‘honte du témoignage de notre Seigneur’…et qui ne veulent pas prendre part aux souffrances de l’Evangile’. Oui, qui sont paresseux et peureux ! Qui n’ont même pas envie de lire la parole de Dieu, ni de se fatiguer pour les affaires de Dieu. Oui, qui ont peur d’affronter l’hostilité des incroyants ou des autres croyances adversaires. Oui, qui ont honte de donner leur témoignage par peur d’être « ridiculisés » ou d’être considérés comme fanatiques ou fondamentalistes ! Oui, qui refusent de souffrir à cause de l’évangile et d’être persécutés de différentes manières…
  2. Il sait bien qu’il a été racheté d’un grand prix, par le sang précieux de Jésus. Il sait bien que sa vie ne lui appartient pas. Il gère ce qu’il est et ce qu’il a comme un dispensateur fidèle et bon des diverses grâces de Dieu (1Pie.4:10), ayant toujours à l’esprit qu’il sera un jour appelé à rendre compte s’il a fait valoir de ce que Dieu lui a confié jusqu’à ce qu’Il vienne ! (Luc 19:13). Paul dans son épître aux Corinthiens dit : « Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle. » (1.4:2). Par conséquent, tout ce que Dieu exige de nous, c’est la fidélité. La fidélité envers Dieu et par conséquent envers les hommes. C’est là notre toute première obligation dans tout ce que nous sommes appelés à faire au service de l’évangile ;
  3. Il ne refuse pas un bienfait à celui qui y a droit, quand il a le pouvoir de l’accorder. Il ne dit pas à son prochain : Va et reviens, demain je donnerai, quand il a de quoi donner (Pr.3:23-24) ; il donne aux pauvres et aux indigents ; il donne pour la promotion de l’œuvre de Dieu ; il donne de son temps et accepte de sortir de la « zone de confort ». Il dispose de l’énergie pour prier pour le salut des autres, pour les besoins des autres, pour leur guérison, etc.
  4. Il tient ses promesses et ses engagements. Il ne se rétracte point, même s’il a fait un serment à son préjudice ! Oui, il dit toujours « la vérité dans son cœur » (Ps.15:2-4). Comme il est pourtant triste de voir des chrétiens et même des ouvriers de l’Evangile penser une chose, dire une autre chose et faire une troisième chose, différente des deux premières… Quelqu’un a dit : « Il y a une chose que tu peux donner et garder en même temps, c’est ta parole ». Comme il est triste de voir des chrétiens qui utilisent la loi ou certains règlements pour leur propre intérêt ou pour imposer leur volonté même si certains règlements établis par les hommes transgressent la volonté de Dieu. Celui qui est fidèle n’abandonne pas son épouse, sans raison basée sur la Bible, pour se marier à une autre femme;
  5. Il ne révèle et ne répand pas les secrets des autres (Pr.11:13) mais il se précipite à se réconcilier avec son adversaire et surtout avec son frère quand il a un différend : « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère à quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis viens présenter ton offrande. Accorde‑toi promptement avec ton adversaire, … » Sinon, il y aura des conséquences très néfastes… (Mt.5:23‑25). C’est un sujet très délicat ! Qui est l’offenseur ? Qui doit faire le premier pas ? L’offense est-elle réelle ou le simple fruit de ton imagination ? Que faut-il faire quand le soi-disant offensé n’accepte pas les explications ? Une chose est sûre et certaine : il faut se battent humblement, patiemment et avec douceur pour garder l’unité de l’Esprit par le lien de la paix (Eph.4:3) ;
  6. Il ne néglige pas les opportunités que Dieu lui donne et il ne vit pas dans le désordre : La première chose qu’il faut faire est d’« exploiter », dans le bon sens, toutes les opportunités pour donner son témoignage et semer la Parole de Dieu ; d’autre part, il ne tolère pas du désordre dans sa conscience et dans ses affaires ou activités (Pr.24:30‑34). Et, en clôturant ce point, il faut se souvenir d’un principe d’ordre primordial qui est écrit dans le Psaume 50:23 : « … et à celui qui règle sa voie (met en ordre sa voie ou sa vie), je ferai voir le salut de Dieu. » Au contraire, il ne gaspille pas les opportunités qui se présentent à lui, mais il fait pleine utilisation de son temps. Il rachète son temps parce que les jours sont mauvais (Eph.5:16); il essaie de connaître les choses qui appartiennent à sa paix, avant qu’elles ne se soient cachées à ses yeux (Luc 19:42) ;
  7. Quand il traverse des crises il prend soin de se juger, de se discerner, de se repentir et de se convertir. Lors des crises, il prend immédiatement soin de se résigner, d’obéir et de se donnerLa fidélité se voit et est démontrée au moment des crises: l’homme fidèle – sans être têtu – n’accepte pas de compromis douteux, car il ne s’intéresse pas aux résultats en sa faveur mais à l’observance fidèle de la volonté de Dieu. Son intérêt n’est pas orienté vers les solutions d’opportunité mais vers les solutions de principe. Il préfère que tout soit perdu sauf son honneur chrétien. Il ne s’intéresse qu’à être, comme un pasteur américain l’a dit: «Faithful to faith, faithful to fight and faithful to finish.” Voilà la raison pour laquelle Dieu lui donnera à la fin la couronne de justice (2Tim.4:8). Au moment des crises, ceux qui ne sont pas fidèles prennent la fuite… (1Jean 2:19; Marc 4:17; Luc 8:13). Au contraire, la bonté et la fidélité gardent l’homme… ;
  8. L’homme fidèle ne se vante pas de sa bonté mais en Dieu et il insiste à faire le bien. Beaucoup de gens proclament leur bonté, mais un homme fidèle, qui le trouvera? (Pr.20:6). Quelle vérité ! Quelle terrible carence d’hommes fidèles ! Beaucoup de pasteurs se retirent du ministère et beaucoup de chrétiens signent des papiers/contrats avec Dieu et devant Dieu au sein des organisations ou associations pour Le servir et ils négligent ou abandonnent totalement leur devoir ! Comment Dieu les voit-Il ? Et quelle sera leur fin ? L’homme fidèle se glorifie humblement et admet que c’est Dieu qui l’a sauvé, c’est Dieu qui l’a sanctifié et que c’est Dieu qui l’a rempli de Son Saint-Esprit et qu’il fait fidèlement son devoir ;
  9. Il ne fait pas son œuvre avec négligence, mais avec diligence. Jérémie dit: « Maudit soit celui qui fait avec négligence l’œuvre de l’Eternel… » (48:10). Ce verset a influencé toute ma vie et m’a enseigné la crainte du Seigneur ! Donc, tout ce que je fais, je dois le faire de cœur, comme pour le Seigneur et non pour les hommes, sachant que du Seigneur je recevrai la récompense de l’héritage, car je sers le Seigneur Christ (Col.3:23). C’est de cette manière que j’ai voulu travailler pendant toute ma vie : malgré mes imperfections, mes faiblesses et mes limites, je cherchais avoir toujours le « feu vert » du Seigneur pour tout ce que je faisais. Je le soumettais au Seigneur pour avoir Son approbation tant dans ma vie professionnelle que dans mon parcours chrétien…
  10. L’homme fidèle, et notamment, l’homme chrétien est un homme supérieur au grand nombre grâce à sa fidélité et à sa crainte de Dieu (Néh.7:2). La crainte de Dieu, l’intégrité et la fidélité vont ensemble… (Esa.38:3). Dans la Bible nous voyons souvent le titre « fidèle ministre » ou « témoin fidèle », par exemple pour Tychique, pour Moïse et autres. C’est un titre d’honneur et de noblesse: ce qui fait le charme d’un homme (ce qui attire dans un homme), ce sont sa bonté … (Pr.19:22) et sa fidélité. Notons bien que Paul, parlant de Timothée ne dit pas qu’il est un bon, un dynamique prédicateur, un chrétien charismatique…ou, ou, ou mais il le recommande comme un homme fidèle dans le Seigneur (1Cor.4:17) et c’est pour cette raison qu’il lui avait confiée la mission d’aller à Corinthe et d’enseigner les croyants… La fidélité… voilà ce qui honore Dieu… et les hommes de Dieu (Tit.2:10) ;
  11. Les hommes fidèles deviennent des hommes capables d’instruire les autres par la Parole de Dieu… Paul, en donnant des instructions pastorales à Timothée, son collaborateur bien-aimé, lui a fait cette recommandation : « et les choses que tu as entendues de moi devant plusieurs témoins, commets-les à des hommes fidèles qui soient capables d’instruire aussi les autres.» (2Tim.2:2). Une des raisons pour lesquelles les hommes fidèles sont aptes et capables d’enseigner c’est parce qu’ils obéissent aux commandements de Dieu
    1. a) de méditer Sa parole jour et nuit (Jos.1:8 ; Ps.1:2) et
    2. b) parce que la parole du Christ habite en eux richement en toute sagesse (Col.3:16).

      Comme il est triste de voir des chrétiens qui veulent devenir ouvriers de Dieu ou anciens de l’église tandis qu’ils ne connaissent pas vraiment la Bible, qui ne sont pas aptes à enseigner, qui n’ont pas une mentalité spirituelle… et qui ne sont pas en mesure d’aider spirituellement ceux qui se trouvent dans des problèmes, dans des dilemmes et dans des afflictions, en leur donnant des conseils sages et bibliques ! Et à beaucoup plus forte raison des ouvriers de Dieu qui n’ont pas une véritable capacité d’instruire les croyants tant avec un enseignement correct et équilibré qu’avec, et surtout, une vie sainte !!!

  1. Les hommes fidèles sont dignes de confiance et sont en mesure d’aider ceux qui sont dans la perplexité… Ce sont des « voyants » auxquels les gens peuvent ouvrir leur cœur ! Les gens doivent remettre leur âme uniquement à Dieu et ouvrir leur cœur, si Dieu les guide, vers des personnes qui sont des ‘croyants’ fidèles… dignes de confiance… dont l’esprit est fidèle à Dieu (Ps.78:8), qui ne mentent pas (Pr.14:5) et qui ne dévoilent pas les secrets des autres.

UNE OBJECTION SERIEUSE :

Vous allez, peut-être, me poser la question : est‑il possible d’obéir PARFAITEMENT ? La réponse est NON, car nous sommes des êtres imparfaits, MAIS, ce qui compte c’est notre désir parfait d’obéir !!! Ce qui compte est, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait (Héb.6:1). Ce qui compte, c’est notre volonté parfaite, notre aspiration à Lui obéir parfaitement. C’est cet élément qui sera pris en considération par Christ qui a obéi PARFAITEMENT à la loi divine pour notre compte afin que toutes les bénédictions puissent venir sur nous. C’est notre choix, c’est la position de notre cœur qui compte. « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. » (Pr.4:23). Une obéissance à la manière de la loi Mosaïque nous tuera, mais notre obéissance dans l’esprit de la nouvelle alliance, basée sur la REPENTANCE et la CONFIANCE, nous vivifiera. Voilà pourquoi Dieu me dit et te dit : « Mon fils, donne-moi ton cœur, et que tes yeux se plaisent à mes voies ». (Pr.23:26). Il est toujours possible pour ton cœur de vouloir Le suivre parfaitement et vouloir faire Sa volonté en toutes circonstances avec fidélité jusqu’à la mort ! (Apo.2:10). Quand je dis « vouloir » je veux dire vouloir et pas souhaiter ou simplement désirer. Le « vouloir » conduit à l’action…

CONSEQUENCES :

Positives : En ce qui concerne l’incroyant : S’il obéit à la lumière qu’il reçoit concernant Jésus-Christ, Dieu l’amènera au salut et s’il insiste dans cette voie Il lui révélera dans sa vie toutes les richesses de son salut et de l’héritage spirituel qui l’attend… En ce qui concerne les croyants qui gardent la parole de la persévérance en Lui (Apo.3:8, 10), Dieu leur donnera  faveur et puissance ; Dieu leur ouvrira des portes et personne ne pourra les fermer…; puissance contre leurs ennemis, force à l’exécution de leur devoir et élimination des obstacles, autorité, assurance et hardiesse et notamment grande foi ! Dieu les protégera contre les tentations, Il leur donnera la victoire, et fera d’eux des piliers dans l’église de Dieu ; Il ne permettra pas qu’on leur prenne leur couronne. Leur progrès spirituel sera manifeste à tous. Dieu leur donnera davantage de lumière et de bénédictions. Finalement, l’homme fidèle exerce, sans s’en rendre compte, un jugement indirect sur les autres qui ne sont pas fidèles à leurs devoirs et à leurs engagements, oraux ou écrits, officiels ou officieux. Il contribue par son comportement à l’édification des autres, il laisse un bon souvenir partout où il passe et il « diffuse » la crédibilité. Il est une fraîcheur aux âmes ! (Pr.25:13) ;

Négatives : Si l’homme ne veut pas utiliser la lumière qu’il a reçue, elle se transformera en ténèbres, il deviendra faible, pauvre et retardé et, finalement, il recevra beaucoup de coups ! Dieu ne prend pas plaisir à ceux qui se retirent…: « Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui… » (Héb.10:38, 39). Ce n’est pas moi qui le dis, mais c’est Dieu. Beaucoup de chrétiens, à cause du manque de fidélité, perdent leur zèle initial et tombent dans un état de nonchalance. La seule méthode de sortir de cette situation et de s’épanouir spirituellement est de « se repentir » et suivre fidèlement les instructions de Dieu. Si nous ne faisons bon emploi de ce que Dieu nous a confié, Il l’enlève  (Mat.25:24) car nous sommes dépourvus de loyauté…

            Au moment des crises, ceux qui ne sont pas fidèles abandonnent et prennent la fuite : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. » (1 Jean 2:19). Ceux qui ne sont pas fidèles sont condamnés à se retirer, sauf s’ils se repentent…  Faisons attention à ce verset : « Et toi, Salomon, mon fils, connais le Dieu de ton père, et sers-le d’un cœur dévoué et d’une âme bien disposée, car l’Éternel sonde tous les cœurs et pénètre tous les desseins et toutes les pensées. Si tu le cherches, il se laissera trouver par toi; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours. » (1Chr.28:9) Quel verset ! La clé de tout succès…

Permettez-moi de répéter ce que j’ai dit plus haut : il y a des personnes qui font ce qui est droit, mais avec un cœur qui n’est pas entièrement dévoué au Seigneur (2Chr.25:2). Donc, il est possible de faire ce qui est droit mais avec un cœur qui n’est pas parfait devant Dieu ! Au contraire, Celui qui est fidèle prend garde à sa voie et fait ce qu’il fait avec intégrité de cœur… (Ps.101:2) 

COMMENT ACQUERIR CETTE VIE :

Christ garde Sa miséricorde, Sa parole, Ses promesses et Ses engagements… Tout ce qu’Ιl dit, c’est comme un serment… Si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même (2Tim.2:13). Voilà la raison pour laquelle nous ne devons pas douter… Si nous voulons Lui ressembler, il nous faut savoir que la fidélité, bien que liée à la foi, elle est surtout liée fondamentalement à la crainte de Dieu. La parole de Dieu dit : « Maintenant, craignez l’Éternel, et servez‑le avec intégrité et fidélité… » (Jos.24:14 ; 2Chr.19:9)

Celui qui craint Dieu ne laisse pas sa conscience en désordre, car il vit toujours dans l’attente, d’un moment à l’autre, de la visite du Grand Inspecteur ! Un cœur craignant Dieu, qui a mis son amour en Lui et en Sa volonté, est prêt à accepter et à obéir en toutes circonstances (Néh.7:2). « C’est pourquoi nous devons porter une plus grande attention aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne nous écartions. Car si la parole prononcée par les anges a été ferme, et si toute transgression et désobéissance a reçu une juste rétribution, comment échapperons-nous, si nous négligeons un si grand salut, qui, ayant commencé par être annoncé par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’avaient entendu » (Héb.2 :1-3)

Faisons une introspection ! Comment avons-nous marché jusqu’à ce jour ? Nous remercions Dieu de ce que nous sommes, mais reconnaissons humblement qu’il y ait des possibilités énormes pour l’avenir. Les jours de la fin approchent. Il faut Lui être fidèles faisant pleine utilisation de notre temps et de nos possibilités. La crainte de Dieu est la clé de la fidélité dans toutes les situations. Notre responsabilité est grande et n’oublions pas que nous aurons à rendre compte un jour devant Dieu, notre Père. Pouvons-nous atteindre cet objectif s’il y a un manque de fidélité en ce qui concerne nos engagements et promesses ? Comment un homme peut-il avoir une grande foi quand il a une petite fidélité ? Si nous ne sommes pas fidèles à nos engagements aux petites choses, comment Dieu peut-il nous confier des choses plus grandes ? Il nous demande de faire ce qui nous est possible, tout ce qui nous est vraiment possible, toujours en tout lieu et en toutes circonstances favorables ou défavorables ! Dieu nous demande un cœur parfaitement orienté vers Lui.

Humilions-nous et obéissons à l’exhortation de Paul aux Romains : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Rom.12:1-2). DIEU qui nous appelle à cette vie de fidélité, c’est LUI qui la fera, qui l’accomplira !!! Disons OUI à tout ce qu’Il veut faire en nous et par nous, confions‑nous à Lui et LUI, Il le fera !

Jean BALTATZIS

baltatzis@skynet.be

jean.baltatzis@gmail.com

http://wordstaughtbythespirit.com

 


Αφήστε μια απάντηση